Lusitanie

Notre connaissance de la capitale de la Lusitanie, a été considérablement renouvelée au cours des vingt dernières années grâce à un grand nombre de projets archéologiques combiné avec l’étude exhaustive et la mise en contexte d’une riche gamme de sculptures, de fragments architecturaux et d’inscriptions. Ville de granit majoritairement (Edmondson 2006), Emerita Augusta n’en était pas moins dépourvue de marbre. Ce matériau y jouait un rôle important dans les programmes monumentaux ainsi que dans son paysage épigraphique. Avec plus de 1000 inscriptions en marbre (publiques et funéraires) et la connaissance de sa population qui en découle (García Iglesias 1973 ; Alföldy 1991b ; Edmondson 2000, 2002, 2005 ; Edmondson et al. 2001 ; Grupo Mérida 2003), Emerita constitue le site parfait pour poursuivre notre étude. De plus, sa situation géographique, à l’intérieur du pays et loin des fleuves navigables, complexifie l’acheminement des marbres impériaux.

Comprendre les marbres employés à Emerita et en Lusitanie en général a été un chapitre essentiel des travaux développés par le Musée National d’Art Romain en collaboration avec P. Lapuente (Fusco et Mañas 2006 ; Nogales Basarrate et al. 2009, 2015 ; Lapuente et al. 2014). De nombreux travaux exposant les différentes variétés de marbres locaux de l’anticlinal d’Estremoz, à une centaine de kilomètres à l’est de la ville, ont déjà été présentés mais se sont focalisées sur les marbres blancs (Lapuente et Turi 1995 ; Lapuente et al.1995, 2000, 2015). Bien que les sculptures et portraits en marbre blanc ait retenu l’attention, les marbres veinés gris forment un vaste ensemble remarquable dans lequel se trouvent des inscriptions épigraphiques de typologie très variées produites depuis l’époque romaine jusqu’à l’époque wisigothique. Il est particulièrement intéressant de constater que, malgré la situation géographique de ces affleurements de marbre et l’absence de voie de sortie navigable naturellement, des emplois de ces matériaux furent retrouvés dans des régions très éloignées comme la Galice, les Asturies et le plateau central (Gutiérrez Garcia-M. et al. 2015 ; Vidal et García-Entero 2015).